Les sacrements, institués par Jésus-Christ, sont les signes marquant les différentes étapes de la vie du Chrétien.

 

Ils sont au nombre de 7, divisés en :
  • sacrements d’initiation chrétienne : Baptême, Confirmation, Eucharistie
  • sacrements de guérison : Réconciliation, Onction des malades
  • sacrements ordonnés au salut d’autrui : Ordre et Mariage

Premier de tous, existant depuis le temps des apôtres, le sacrement de baptême est la porte d’entrée dans la Vie chrétienne. Le nouveau baptisé, marqué du signe de la croix, plongé dans l’eau et oint de l’huile sainte, renaît à une vie nouvelle. Il devient chrétien, membre de l’Église, corps du Christ. (De nos jours, le baptême ne se fait plus par immersion, l’eau est versée sur la tête par trois fois).

Le baptême, qui peut être reçu à tout âge, nécessite un temps de préparation qui est différent selon qu’il s’agit d’un jeune enfant, d’un enfant en âge scolaire ou d’un adulte. 

 

Préparation au Baptême

 

Le cheminement nécessaire et indispensable qu’est la préparation au baptême est adapté à l’âge de celui ou celle qui recevra le sacrement.

Pour connaître le cheminement qui devra être suivi, il convient de s’adresser tout d’abord à l’Accueil de la Maison paroissiale, afin de recueillir les renseignements qui permettront de mener à bien cette démarche.

Dans la mesure où une date doit être fixée pour la célébration du baptême, il est recommandé de se renseigner au plus tôt, afin que les conditions soient réunies pour répondre favorablement à cette attente.

 

PETITS ENFANTS (moins de 3 ans ½ – 4 ans)

Pour les petits enfants, ce sont les parents qui font la démarche de demander le baptême.

Ils rencontreront le prêtre qui baptisera l’enfant et participeront à deux réunions, en compagnie d’autres parents qui, comme eux, ont demandé le baptême de leur enfant. Ces réunions permettent de poser des questions préoccupantes, d’échanger avec les autres parents et, pour mieux se préparer, de (re)découvrir la signification et la symbolique des gestes du baptême.

JEUNES ENFANTS de 3 ans ½ – 4 ans à 7 ans

Les familles sont invitées à prendre contact, via l’Accueil de la Maison paroissiale, avec un prêtre.

Il leur sera proposé une préparation en groupe adaptée à leur âge, en complément de l’éveil à la foi, pour laquelle une inscription est requise.

ENFANTS à partir du CE2

Ces enfants, en âge scolaire, sont aptes à suivre les enseignements de la catéchèse.
Après une première année de catéchèse, ils rejoignent également le groupe de préparation au baptême adapté à leur âge.

Qu’il s’agisse des jeunes enfants ou d’enfants à partir du CE2, le groupe de préparation au baptême se réunit au fil d’une année scolaire.

Il permet aux enfants de vivre les étapes suivantes, pendant les messes paroissiales ou les messes en famille :

  • l’accueil dans la communauté chrétienne
  • la connaissance de la vie de Jésus
  • le chemin de conversion,

afin de recevoir le baptême, célébré avec la communauté paroissiale le jour de Pâques.

ADULTES

A l’origine, seuls des adultes pouvaient être candidats au baptême. Le cheminement qui leur est proposé a ses racines profondément ancrées dans l’Église des premiers siècles.

La période de préparation, qui se nomme catéchuménat s’échelonne sur deux années aux cours desquelles des réunions permettent aux catéchumènes du doyenné[1] de se rencontrer et d’échanger pour approfondir leur démarche.

 

Parrains-Marraines

L’accompagnement du baptisé est un acte responsable, les parrains-marraines sont choisis pour être une référence dans la vie du nouveau chrétien.

Le baptême peut être validé avec un parrain ou une marraine seulement, les deux ne sont pas indispensables. En revanche, il est indispensable que le parrain ou la marraine en titre soit il/elle-même baptisé(e).

 

Célébration du Baptême

La date du baptême des petits enfants doit être décidée en accord avec le prêtre. Il est souhaitable que le baptême soit célébré dans la paroisse du même secteur géographique que le lieu d’habitation des parents.

Le baptême des petits enfants, qui a lieu souvent à la fin de la messe dominicale, réjouit l’ensemble de notre communauté paroissiale de Saint-François-de-Sales en accueillant ce(s) nouveau(x) chrétiens en son sein.

Le baptême des enfants en âge scolaire est souvent célébré, en groupe, lors d’une messe dominicale où sont conviés tous les parents.

Chaque célébration de baptême est une occasion pour l’enfant lui-même et ses parents d’être intégrés à la paroisse et de renforcer les liens entre chrétiens du même quartier.

Le baptême des adultes, après des étapes au cours de certaines messes de Carême[2],  est généralement célébré pendant la nuit de Pâques, appelée vigile pascale.

 

[1] Doyenné : ensemble des paroisses de Joinville et Saint-Maur
[2] Le Carême a toujours été la période de préparation au Baptême des Catéchumènes.

Après la renaissance avec l’eau du baptême, l’Eucharistie est le sacrement qui nourrit le chrétien tout au long de sa vie.

Lors de chaque messe, non seulement le partage du pain et du vin, selon la coutume juive que respectait Jésus, est au cœur de la célébration, mais l’eucharistie est le mémorial du don total qu’Il a fait lors du Jeudi qui a précédé sa crucifixion. Le pain et le vin consacrés deviennent ainsi corps et sang du Christ.

Recevoir le corps du Christ, sous la forme d’une hostie[1], c’est communier à ce repas pascal qui nous met en relation avec le Christ lui-même et avec l’ensemble de tous nos frères chrétiens.

La première communion, c’est recevoir le corps du Christ pour la première fois. Cette première Eucharistie crée une relation personnelle avec le Christ qui nourrit le communiant de sa Parole et de sa vie. Elle peut être faite à tout âge, mais elle est proposée, après un temps de préparation, aux enfants dès la 2e année de catéchèse. 

Les adultes reçoivent généralement le sacrement de l’Eucharistie en même temps que leur baptême.

  

NB. Les personnes malades ou âgées qui ne peuvent se déplacer pour venir communier lors des messes peuvent recevoir le sacrement à leur domicile (voir SEM « Service Évangélique des Malades »).

  

[1] L’hostie est faite en pain azyme (sans levain) qui rappelle la paque des Juifs lorsqu’ils ont quitté l’Egypte.

Avec le Baptême et l’Eucharistie, la Confirmation est le 3e sacrement indispensable à la vie chrétienne, car il donne accès aux dons de l’Esprit-Saint[1] en vue de devenir de vrais témoins du Christ.

Il n’y a pas d’âge requis pour recevoir le sacrement de confirmation. Toutefois, il est généralement proposé aux jeunes à partir de 15-16 ans, dans le cadre de l’aumônerie de la paroisse après un approfondissement de leur foi.

Le sacrement, souvent donné à un groupe de personnes, est concrétisé par l’onction du Saint-Chrême faite par l’évêque. Toutefois, pour des raisons pratiques, l’évêque peut déléguer au prêtre la faculté de donner le sacrement de confirmation.

Un parrain ou une marraine baptisé(e) accompagne le confirmand.

Les adultes baptisés la nuit de Pâques reçoivent généralement le sacrement de Confirmation en même temps que le Baptême et l’Eucharistie.

 

[1] Les 7 dons de l’Esprit-Saint sont : sagesse, intelligence, science, force, conseil, piété, crainte.

Antérieurement, appelé Pénitence ou Confession, le mot Réconciliation permet de mieux saisir le but de ce sacrement : se réconcilier avec Dieu.

Il existe de nombreuses définitions et natures du et des péché(s). Nous pouvons avoir en tête les 10 commandements donnés à Moïse qui sont une référence pour l’ensemble de l’humanité. Mais, pour les simples individus que nous sommes, il suffit d’avoir à l’esprit que tout acte ou toute pensée qui nous sépare, ou risque de nous priver, de l’Amour de Dieu est un péché.

Si nous en prenons réellement conscience et que nous souhaitons sincèrement renouer ce lien filial avec notre Père, nous devons chercher la réconciliation. Le chrétien a la certitude que, s’il se repent de ses péchés, ceux-ci lui seront pardonnés, car l’Amour de Dieu est infini.

Les catholiques, pour recevoir le sacrement de réconciliation, doivent confesser leurs péchés à un prêtre. Celui-ci, au nom du Seigneur et non à son titre propre, accordera le pardon de Dieu, comme Jésus a pardonné à ceux qui l’ont trahi.

Les prêtres de la paroisse sont à la disposition de chacun pour donner, sur simple demande, le sacrement de réconciliation.

Au niveau du doyenné, une Journée du Pardon est organisée chaque année pendant le Carême : l’annonce en est faite dans chaque paroisse.

Comme la Réconciliation, l’Onction des malades est un sacrement dit de guérison. Il est administré à une personne fragilisée par l’âge ou la maladie[1], en famille, à l’hôpital ou à l’église. Il est le signe de la tendresse de Dieu pour les plus faibles. 

Le prêtre, qui éventuellement a recueilli préalablement la confession, invoque l’Esprit-Saint par l’imposition des mains et l’onction de l’huile sainte, et donne également l’Eucharistie. L’ensemble de ces grâces constitue le « viatique » qui prépare au passage vers la vie éternelle.

C’est la personne elle-même ou sa famille qui peut demander ce sacrement.

Il est possible d’organiser une cérémonie commune pour toutes les personnes de la paroisse qui en ont fait la demande, notamment lors de la Journée mondiale des malades.

[1] Autrefois, ce sacrement était administré aux personnes à l’agonie. Il n’est plus nécessaire d’être dans le couloir de la mort pour le recevoir.

L’ordre est le sacrement du ministère apostolique. À la suite des apôtres du Christ, les personnes ordonnées transmettent le don spirituel qu’elles ont reçu en vue d’une mission de salut au sein du peuple de Dieu.

Nul n’a un droit à recevoir le sacrement de l’ordre : baptisé et confirmé, il faut être « appelé » par Dieu. Celui qui croit reconnaître les signes d’un appel doit soumettre son désir à l’autorité ecclésiale.  

On distingue trois degrés de ce ministère :

  • le diaconat : les diacres participent à la mission en servant, à l’imitation du Christ qui s’est fait serviteur de tous (en savoir plus : lire ici l’interview du diacre de notre paroisse, Dominique Vedel) ;
  • le presbytérat : les prêtres sont des pasteurs qui prêchent l’Évangile et célèbrent le sacrifice de la messe ;
  • l’épiscopat : les évêques qui, ayant bénéficié de l’effusion de l’Esprit saint, ont la charge de sanctifier, d’enseigner et de gouverner.

Accordé une fois pour toutes, le sacrement de l’ordre a un caractère indélébile, il ne peut être ni temporaire ni réitéré.

Lien :

Le mariage illustre et confirme la vocation de l’homme et de la femme, créés à la ressemblance de Dieu, afin de croître et de se multiplier, par son Amour. Le sacrement du mariage veut qu’ils ne fassent plus qu’une seule chair.

Ce sont les époux eux-mêmes qui se donnent mutuellement le sacrement du mariage. Contrairement à tous les autres sacrements, le prêtre n’est qu’un témoin de ce serment d’amour et de fidélité.

Le sacrement de mariage demande un temps de préparation.

 

Préparation au Mariage

 

La préparation au mariage se fait avec un prêtre et l’équipe de préparation au mariage constituée de couples laïcs.

Contact : cpm.sfs@gmail.com

Les futurs époux doivent s’adresser tout d’abord à l’Accueil de la Maison paroissiale qui leur permettra de rencontrer le prêtre. Il les aidera à constituer le dossier nécessaire en leur fournissant toutes les informations et les orientera également auprès de l’équipe de laïcs pour l’inscription à cette préparation.